La Ciotat : Giusti « nous avons la niaque et des idées plein la tête ! »

Le mouvement citoyen «Les Ciotadens » vient de souffler sa première bougie, l’occasion pour son chef de file, de faire le bilan à quatre mois des élections municipales.

Il y a un an, quelques semaines avant la colère des gilets jaunes, vous avez lancé à La Ciotat, un mouvement citoyen indépendant, quel est votre sentiment aujourd’hui ?

Lionel Giusti : Au départ, certains se sont moqués de nous, d’autres ont pensé que nous n’irions pas jusqu’au bout… Aujourd’hui le mouvement « Les Ciotadens » est composé de 200 adhérents, d’une équipe engagée sur le terrain. Ces échanges constructifs ont fini par transformer ce mouvement citoyen en une force de proposition pour améliorer la qualité de vie des Ciotadens. Nous avons su dépasser les clivages afin de nous consacrer sur l’essentiel : notre Ciotat.

Nous préparons un projet municipal qui permettra d’unir la population afin de réussir La Ciotat de demain. Il faut replacer l’humain au coeur des préoccupations locales et mettre fin à la politique clivante de la municipalité actuelle.

Pourquoi votre mouvement n’a pas de local, ni de permanence contrairement aux partis politiques présents sur le territoire communal ? Parce que nous sommes différents et que nous voulons faire de la politique autrement. Une permanence ça fait riche, un peu prétentieux. Et puis, c’est à nous d’aller vers les habitants de La Ciotat et pas l’inverse. Pour faire passer notre message, nous avons aussi, un site internet et nous sommes actifs sur les réseaux sociaux.

Quels sont les retours des visites de quartier ? L’accueil est à chaque fois chaleureux, les Ciotadens commencent à nous connaître, nombreux sont ceux qui apprécient nos idées essentiellement orientées sur l’écologie, l’humain et la proximité. La plupart, ne croient plus aux Partis politiques. Les inquiétudes locales tournent autour de l’urbanisation, la circulation et le cadre de vie. Les Ciotadens ont besoin d’être écoutés, c’est ce que nous faisons. Ensuite, nous travaillons sur des propositions.

Quel est le résultat du « casting citoyen » organisé par le mouvement « Les Ciotadens » ? Nous avons reçu des candidatures intéressantes, des habitants de La Ciotat issus de la société civile, provenant de divers horizons. Ces Ciotadennes et ces Ciotadens souhaitent améliorer les choses dans leur commune. Cela fait chaud au coeur dans une période ou même les syndicats ont du mal à mobiliser. Il y a encore des citoyens qui veulent agir pour le bien de tous.

Quel est votre sentiment sur la politique locale à moins de quatre mois des élections municipales ? Dans notre pays, les citoyens ont la chance, de choisir leur conseil municipal, une fois tous les 6 ans. En démocratie, la critique est vivement souhaitée, seulement il arrive un moment où elle doit être complétée, voire remplacée par l'engagement et des propositions. C’est ce que nous faisons chez « Les Ciotadens ».

Ou se situe le mouvement « Les Ciotadens » sur l’échiquier politique national ? Il se situe à La Ciotat, point ! Les citoyens peuvent néanmoins, se faire une idée en consultant nos propositions. J'ajoute que l'actualité nous donne raison, les Partis politiques sont source de division, ils ne pensent qu’à leurs combines et à leurs intérêts, résultat : le peuple n’a plus confiance. Sans oublier que pour administrer une ville de taille comme La Ciotat, pas besoin de parti politique si ce n'est pour servir des ambitions nationales ou européennes… 

Rassurez-vous, nous ne sommes pas les seuls sur le territoire national, les élections municipales sont un moyen pour confier l’administration d’une commune à un mouvement composé par des citoyens. Cela va dans le bon sens, celui d’une démocratie de proximité.

Que pensez-vous des récentes déclarations de Patrick Boré ? Après presque 20 ans de mandats successifs et cumulés, on n’a plus trop la ferveur des premiers mois, c’est évident, les années passent et le renouveau s’impose. D’autant que le maire sortant, propose de creuser un peu plus le fossé entre les "riches et les pauvres", toujours plus de béton et des routes encombrées… Il est obsédé par le « développement économique » dont on attend toujours le résultat alors que le taux de chômage à La Ciotat reste nettement supérieur à la moyenne nationale.

J’observe qu’il ne propose rien sur l’environnement, sauf quelques arbres pour cacher un bilan écologique chaotique. On dit par ailleurs, qu’il sera « candidat éligible » aux élections sénatoriales de septembre 2020 alors qu’il veut briguer un quatrième mandat à la mairie de La Ciotat, pourtant Patrick Boré n’ignore pas que les deux mandats ne sont pas cumulables. Bref, une ambition bien ambiguë alors que la période exige de la clarté.

Quels sont les prochains rendez-vous ? Le mouvement « Les Ciotadens » va continuer de rencontrer, d’écouter, d’échanger et de proposer, c’est en quelque sorte sa « marque de fabrique » : être proche des habitants pour préparer un projet municipal. Ensuite viendra le temps de l’élection…

Propos recueillis par A. Chaïb pour Radio La Ciotat - Fréquence Nautique
Photo : EL- Droits réservés

En savoir plus => Faits-divers, société, culture, politique, sport... Ecoutez l'actualité de La Ciotat & environs sur Radio La Ciotat Fréquence Nautique - 107 FM, édition locale à 9h, (rediffusion à 12h15, 16h30 et 19h).