La Ciotat : « Écoquartier » du Garoutier, la fin d’une illusion ?

Infrastructures manquantes, dysfonctionnements, promesses non tenues… Après les beaux discours et les croquis, vient l’heure du désenchantement constaté sur le terrain.

« Sur les 22 hectares de la ZAC du Garoutier, 14 hectares soit les deux tiers devaient être des jardins privatifs, espaces verts, espaces naturels. L’objectif principal de l’aménagement paysager étant de se fondre dans la perception actuelle du site en maintenant les typologies originelles.

La création de l’éco quartier « Golfe d’amour » devait être la préservation d’un maximum de végétation déjà présente sur le terrain et la plantation d’essences naturelles ou plante horticoles, la création d’alignement d’arbres le long des voies communautaires … » pouvait-on lire ou entendre, à l'époque, lors du lancement d’un chantier considérable au nord de la ville sur les campagnes Boiteux et Campanelle.

Le projet de la ZAC de La Campanelle prévoyait des infrastructures multiples et utiles. Des commerces en tout genre devaient assurer une économie prospère bénéficiant d’un vaste réseau de moyens de transport.

« Un lieu où le bien-être est un art de vivre, petites résidences intimistes harmonieusement intégrées, un véritable havre de paix. Des jardins paysagers aux essences méditerranéennes, accueillants et calmes, de jolis cheminements piétonniers... »

Seulement quelques années plus tard, le résultat est tout autre. Le passage du rêve à la réalité se transforme aujourd’hui en parcours du combattant pour les riverains du secteur : procédures juridiques, dysfonctionnement sur la gestion des ordures ménagères, stationnement anarchique, insécurité routière, pollution, aucun espace dédié aux enfants...

Copropriétaires et locataires attendent désespérément les infrastructures promises garantissant une certaine qualité de vie dans un « écoquartier ».

ChantierGaroutier

Depuis quelques années, les programmes immobiliers s'enchainent dans le secteur du Garoutier. Là où les infrastructures manquent à l'appel - (Photo : Fréquence Nautique) 

"PROMESSES NON TENUES"

Lors du conseil municipal du lundi 19 juillet 2021, Mireille Benedetti a profité de la délibération consacrée à la dénomination des voies « avenue de la Campanelle et chemin d’Adaou » pour interpeler Arlette Salvo maire (LR) de La Ciotat sur les difficultés rencontrées par les riverains du Garoutier et les « promesses non tenues par les promoteurs ».

Son intervention a été chahutée par des élus de la majorité municipale puis interrompue par le maire. « Je suis d’accord avec mes collègues, votre intervention est hors sujet, je vous demande à l’avenir de poser une question écrite » lui a rétorqué Arlette Salvo.

Ne pouvant s’exprimer sur ce dossier visiblement « délicat » la conseillère municipale d’opposition (groupe centriste et société civile « Ensemble pour La Ciotat ») a préféré quitter la séance du conseil municipal. Laissant toutefois, une brèche ouverte.

Photo : Fréquence Nautique
La rédaction

En savoir plus => Faits-divers, société, culture, politique, sport... Ecoutez l'actualité de La Ciotat & environs sur Radio La Ciotat Fréquence Nautique - 107 FM, édition locale à 9h, (rediffusion à 12h15, 16h30 et 19h).