logo frequence

facebooktwitteryoutubeliveplayer

Image

La Ciotat : une retraite aux flambeaux contre la réforme des retraites

Environ 200 personnes selon les organisateurs, ont défilé samedi soir, dans la rue du centre-ville de La Ciotat. Elles répondaient à l’appel de plusieurs syndicats et partis politiques. 

Samedi 11 janvier, une retraite aux flambeaux a été organisée dans les rues du centre-ville et le port de La Ciotat . Entre 150 et 200 personnes y ont participé. Elles ont répondu à l’appel de plusieurs organisations syndicales et partis politiques qui protestent contre la réforme des retraites initiée par le gouvernement.

Le cortège est parti à 18h00 de la rue des Poilus, en direction du port-vieux de La Ciotat. Parmi les manifestants, on a pu recenser des membres de la CGT, de FO, de Solidaires et certains candidats aux élections municipales.

"La solidarité financière avec les grévistes se poursuit encore 140 € à verser sur le compte solidarité de l’USR CGT 13, qui s’ajoutent sommes déjà rassemblées par le Cercle de la Renaissance auprès de nombreuses personnes, 2060€ déjà versées sur le compte solidarité de l’USR CGT 13, et 400 € à verser" indique-t-on. 

La plupart des manifestants sont venus équipés de torches (pour beaucoup, des serpillières enflammées) pour dénoncer la réforme des retraites. Judicieux nom trouvé à l’événement du soir : la retraite aux flambeaux.

Photo : DR

La rédaction

Municipales à La Ciotat : Où en sommes-nous ?

Dans 70 jours, les Ciotadens seront appelés à élire un nouveau conseil municipal pour les 6 prochaines années. L'échiquier est (presque) en place...

Les élections municipales se dérouleront le dimanche 15 mars 2020 pour le premier tour, le dimanche 22 mars 2020 pour le second tour. À 70 jours du scrutin, voici une radiographie des candidatures et des probabilités.

LE SORTANT :

Patrick Boré tête de liste « Les Républicains ». Maire de La Ciotat depuis 2001, son mandat est cumulé avec la vice-présidence du conseil département des Bouches du Rhône, il est aussi, président de la la SEMIDEP. Malgré ses ennuis de santé annoncés publiquement cet automne, Patrick Boré brigue un quatrième mandat à la mairie de La Ciotat. Cependant, face à un bilan marqué notamment par une forte urbanisation, le manque d’infrastructure, l’usure et une famille politique divisée, le maire sortant semble cette fois, en difficulté.

LES CHALLENGERS :

Hervé Itrac, transfuge de l’UMP, Filloniste de la première heure, l’avocat Ciotaden a rejoint le Front National avant les municipales de 2014. Elu conseiller municipal d’opposition, Hervé Itrac vole la vedette à Yann Farina et devient le chef de file du parti de Marine Le Pen. 

Karim Ghendouf, benjamin de Rosy Sanna (ancien maire PCF) en 2001, le conseiller municipal communiste n’a pas cessé depuis, de manquer une élection sans toutefois là remporter. Pour mars 2020, il ressort la recette de 2014 en ajoutant « plus que jamais » et formera une liste avec le PS et EELV. Cependant, l’union à gauche est ratée, La France Insoumise de Jean Luc Mélenchon fera cavalier seul.

Mireille Benedetti sera l’évènement de la fin de l’année, sa candidature annoncée en conseil municipal en l’absence de Patrick Boré a provoqué un tollé dans les rangs de la majorité municipale. Depuis, la conseillère régionale proche du Renaud Muselier (Les Républicains), essuie de vives critiques sur les réseaux sociaux, souvent de la part de ses anciens alliés… 

Yann Farina est arrivé deuxième derrière Patrick Boré aux élections municipales de 2014 sous la bannière du Front National. Depuis le conseiller municipal d’opposition a claqué la porte du parti Le Peniste et a créé « La ligue patriotique ». Une organisation politique que certains observateurs classent toutefois, dans les rangs de l’extrême droite. 

Michel Buscetti absent de la scène politique locale depuis son échec aux élections cantonales de 2011 alors qu’il formait un binôme avec Laurence Sérafin (aujourd’hui conseillère municipale de Patrick Boré), l’ancien adjoint au maire de Jean Pierre Lafond (UDF/RPR) revient en 2020 avec la volonté de former une liste « sans étiquette ».

IRA, IRA PAS ?

Christine Abattu ancienne colistière socialiste de Jean Pierre Repiquet aux municipales de 2008, la conseillère municipale d’opposition s’alliera aux municipales de 2014 à la liste conduite par le communiste Karim Ghendouf. En 2017, les élus socialistes Christine Abattu et Saïd Zenafi soutiendront Emmanuel Macron et rejoindront « La République en Marche ». Fracturé entre les candidatures de Patrick Boré et de Mireille Benedetti, le collectif Ciotaden du parti présidentiel ne devrait toutefois pas former de liste en mars 2020. 

La France Insoumise. Après une réunion publique en décembre dernier, les militants du parti de Jean Luc Mélenchon viennent d’inaugurer une permanence politique au 1, rue Louis Vignol à La Ciotat. Tout laisse à croire qu’une liste "La Ciotat en commun" se prépare…

Lionel Giusti a été le premier à claquer la porte de la majorité municipale en 2014. Sa démarche sera suivie par Guy Sauvayre et bien plus tard par Mireille Benedetti. Entre rébellion et prise de position, l’ancien adjoint aux sports « libéré » n’est pas resté inactif. Le ciotaden engagé crée en 2018, aux côtés de deux anciens élus locaux, le mouvement citoyen « les Ciotadens ». L’organisation politique locale indépendante prône la citoyenneté et l’écologie, elle est très active sur le terrain. En ce qui concerne sa candidature aux municipales, le président de « Les Ciotadens » devrait prochainement faire une annonce.

Les électeurs ont jusqu’au 7 février 2020 pour vérifier leur droit de vote et/ou s’inscrire.

Les listes candidates composées d'au moins 39 noms, devront être déposées en préfecture des Bouches du Rhône au plus tard le 27 février 2020. Le troisième tour (élection du Maire par le conseil municipal élu) aura lieu tout début avril 2020. 

À La Ciotat, la campagne des élections municipales est (enfin) lancée…

Photo : CB
La rédaction

La Ciotat : les poubelles ne seront plus ramassées sur Athélia

La métropole AMP a adressé, un courrier aux entreprises situées sur la zone Athélia à La Ciotat. Les ordures ménagères et autres déchets ne seront plus ramassés par le service public.

Dans le courant du mois de décembre, les entreprises situées sur la zone Athélia à La Ciotat, ont reçu une note provenant de la métropole Aix Marseille Provence qui a surpris certains chefs d'entreprise.

Le courrier annonce "l'arrêt du service public de collecte sur la zone d'activité Athélia à partir du 6 janvier 2020". Pour justifier sa décision, la collectivité territoriale précise une mise en conformité avec le code de l'environnement qui "impose des obligations des producteurs vis-à-vis de leurs déchets". 

La métropole indique par ailleurs, que l'organisation employée jusqu'à présent n'est pas conforme à la réglementation.

Par conséquent, les entreprises vont devoir à partir du 6 janvier 2020, collecter, trier et transporter leur déchet elles-mêmes à la décharge ou mandater une entreprise privée.

Tout cela a un coût et de leur côté, certaines entreprises craignent dans ce cas, l'effet "contre productif" de la nouvelle disposition à l'heure où les dépots sauvages s'accumulent dans la nature.

Photo : Illustration
La rédaction

La Ciotat : bain du nouvel an au Mugel

Même si le mois de décembre a été particulièrement doux cette année, il fallait être motivé pour enfiler le maillot...

Pour célébrer, la nouvelle année, des courageux ont procédé ce mercredi matin, à la tradition du bain de mer.

11 degrés à l'extérieur, moins de 13 dans l'eau :  une dizaine de personnes ont fêté ce 1er janvier 2020, la nouvelle année en se risquant dans la mer froide de la calanque du Mugel à La Ciotat.

C'est en fin de matinée que les plus festifs se sont élancés depuis la plage et ont parcouru plusieurs mètres pour atteindre les eaux plutôt froides de la méditerranée en cette période de l'année.

Les moins téméraires sont toutefois, restés habillés sur la terre ferme...

Photo : capture d'écran @Twitter

La rédaction

 

 

La Ciotat : pas de trêve dans la crise politique qui secoue la mairie

Les élus Ciotadens sont convoqués lundi à 10h pour une session extraordinaire du conseil municipal 

La rupture entre Mireille Benedetti et Patrick Boré risque de monter d’un cran, lundi prochain. Les élus Ciotaden sont convoqués afin d’assister à une session extraordinaire du conseil municipal, lundi 30 décembre 2019 à 10h.

Après la déclaration de la candidature aux élections municipales en mars 2020 de Mireille Benedetti, lors de la dernière séance du conseil municipal qui s’est tenue en l’absence de Patrick Boré « souffrant » selon les propos d'une de ses adjointes, les sanctions s’accumulent.

LA GUERRE DES DROITES

Celle qui est aussi conseillère régionale proche de Renaud Muselier (Les Républicains) s’est vue récemment retirer sa délégation municipale à la vie scolaire, lundi une manœuvre rarissime devrait toutefois se produire. Selon nos informations, les conseillers municipaux devraient être appelés à retirer la prérogative d’adjointe au maire de Mireille Benedetti.

« TU N’AS PAS DE RATE ! »

« Tu n’as pas de rate !... » Après les invectives d’une rare violence, lancées lors du conseil municipal du 16 décembre dernier, à l’encontre de la future ex-adjointe au maire, qui ont choqué une partie de l’opinion publique, la guerre fait rage sur les réseaux sociaux entre les partisans de Mireille Benedetti et ceux de Patrick Boré. Les attaques virtuelles sont virulentes, la plupart sont toutefois masquées derrière de faux profils.

Plus surprenant encore, dans ses vœux de Noël publiés sur sa page Facebook, le maire (Les Républicains) de La Ciotat, fait allusion à Jésus et à Judas…

Force est de constater que pour certains à La Ciotat, la «trêve des confiseurs» c'est de l’histoire ancienne…

Photo : CB – (archives)
La rédaction

En savoir plus => Faits-divers, société, culture, politique, sport... Ecoutez l'actualité de La Ciotat & environs sur Radio La Ciotat Fréquence Nautique - 107 FM, édition locale à 9h, (rediffusion à 12h15, 16h30 et 19h).