logo frequence

facebooktwitteryoutubeliveplayer

Image

La Ciotat : les platanes des « 2 pétou » ont été abattus

Les platanes de l’ancien bar emblématique du quartier de St-Jean ont été coupés et dessouchés. Émotion sur les réseaux sociaux.

Pincement au cœur ce mardi pour les habitués pour "Les 2 pétou" bar et lieu de vie emblématique du quartier de St-Jean à La Ciotat.

La terrasse a désormais un aspect de chantier. Les grands platanes qui abritaient clients et consommateurs, ont disparu. Ils ont été coupés et dessouchés. Les tables et chaises qui permettaient de s’asseoir sous les feuillages ont été mises de côté.

L’ancien bar-pmu est fermé depuis plusieurs mois. L’émotion s’est emparée des réseaux sociaux.

 

 Photo : Facebook - @Mariannedelaciotat 
La rédaction

Crise sanitaire : « Ensemble pour La Ciotat » boycotte le conseil municipal

L'épidémie de Covid-19 ne cesse de progresser dans la région et à La Ciotat, la visioconférence du conseil municipal fait toujours défaut. Des élus de l’opposition ont alors, boycotté la réunion qui s'est tenue hier au théâtre en organisant un « conseil municipal bis » en visioconférence.

Les chiffres de l'épidémie de Covid 19 sont toujours élevés dans le Var et les Bouches-du-Rhône en ce début de deuxième semaine du troisième confinement. Les effets des nouvelles mesures ne se ressentent pas encore.

Le taux de positivité est de 8,5% dans les Bouches-du-Rhône et de 8,1% dans le Var. « La situation reste compliquée » selon le directeur de l’Agence Régionale de la Santé (ARS PACA) qui s'est exprimé hier, chez nos confrères de radio France.

Et à La Ciotat, la gestion de la crise sanitaire vire à l’affrontement politique. Face au refus du maire de La Ciotat d’organiser les réunions du conseil municipal en visioconférence avec retransmission sur internet, Mireille Benedetti, Lionel Giusti, Denis Bunelier et Laura Baldanza ont boycotté la réunion qui se tenait hier après-midi au théâtre de la Chaudronerie.

Les conseillers municipaux d’opposition ne se sont pas privés pour autant de faire un "conseil municipal bis" en visioconférence. Ils ont pu débattre au même moment sur les 11 délibérations inscrites à l’ordre du jour. Leurs observations ont ensuite été publiées sur internet.

Photo : capture d’écran
La rédaction

La Ciotat, 1000ème au classement des villes de France où il fait "bon vivre"

Il ne fait pas si bon vivre à La Ciotat... Du moins, si on en croit le classement annuel « des villes et villages où il fait bon vivre », dévoilé hier dans le JDD. La Ciotat est en 1000ème position.

Être une ville moyenne au bord de la Méditerranée ne signifie pas systématiquement être la ville la plus agréable. Selon le classement dévoilé récemment par le Journal du Dimanche des villes où il fait « bon vivre ». La Ciotat se classe en 1000ème position au niveau national et 11ème au niveau départemental.

Au niveau national, La Ciotat est classée à la 300ème place des villes entre 20 000 et 50 000 habitants. Petit réconfort quand même, elle est 7ème dans le classement des villes de sa taille présentes dans les Bouches-du-Rhône. Un classement réalisé par l’association Villes et villages où il fait bon vivre.

QUALITÉ DE VIE...

La qualité de vie, la sécurité, les commerces et services, les transports, la santé, l'éducation mais aussi le taux de chômage, l'espérance de vie, la proximité des services publics et nouveauté 2020 : la couverture internet, sont les critères « objectifs » de ce classement.

L'association "Villes et villages où il fait bon vivre" a été créée en 2017. Elle est présidée par le publicitaire Thierry Saussez, conseiller en communication politique qui a récemment lancé le "Printemps de l'optimisme".  

L'association "Villes et villages où il fait bon vivre" explique, sur son site internet, vouloir "promouvoir les territoires dont l'action est la plus équilibrée entre les différentes attentes des Français" et aussi "valoriser les maires et les élus locaux qui se dévouent quotidiennement au service des autres". 

Photo : Fréquence Nautique (archive)
La rédaction

Crise sanitaire : l’opposition dénonce « l’irresponsabilité » de la municipalité de La Ciotat

Alors que les voyants sont au rouge dans les Bouches-du-Rhône, la mairie de La Ciotat avance et réunit son conseil municipal dans un lieu clos. Des conseillers municipaux menacent de boycotter la séance de cet après-midi.

Malgré la campagne de vaccination en cours dans le Var et les Bouches-du-Rhone, la propagation de l’épidémie de Coronavirus est à son plus haut niveau depuis l’an dernier. Depuis la semaine dernière, les voyants sont au rouge dans les Bouches-du-Rhône. 

La semaine dernière, le taux d’incidence a bondi en sept jours, de près de 20 %, plaçant le département parmi les territoires où le Covid-19 circule le plus rapidement en France.

Néanmoins, la mairie de La Ciotat continue de réunir les membres de conseil municipal composé de 39 membres (majorité et opposition) dans une salle de théâtre « pouvant accueillir jusqu’à 100 personnes ».

Dans une lettre ouverte adressée à Arlette Salvo, le groupe « Ensemble pour La Ciotat » dénonce une attitude « irresponsable »

« Nous venons de recevoir la convocation à un Conseil Municipal pour le 12 avril à 14h en présentiel. Initialement prévu le 26 avril, cela nous aurait été agréable d’en connaître le ou les motifs de son avancement, en pleine période du confinement 3. Les annonces du Président de la République, sa volonté de contraindre la propagation du virus sont justifiées par les nombreux malades et décès Covid19 que nous avons à déplorer dans notre entourage, notre ville n’étant hélas pas épargnée.

Vous persistez à nous convoquer en présentiel dans un lieu clos, en pleine période de confinement, vous persistez également à exiger des agents de notre ville un présentiel à 100% pour certains, un télétravail seulement à hauteur de 50% maximum pour d'autres- alors que la ville a certainement équipé tous les agents – au vu de tous les ordinateurs achetés depuis un an. Ceci semble être du domaine de l’irresponsabilité. Nous vous demandons, Madame le Maire de revoir votre gestion de la crise sanitaire en cette période difficile de confinement pour deux raisons : Protéger les élus et les agents municipaux, Permettre, par un confinement strict, le retour progressif à une vie normale dès la mi-mai 2021. Le retour à l’activité économique, sociale, culturelle et sportive est une nécessité pour tous les acteurs et les forces vives de notre ville.

En notre qualité d’élus de La Ciotat, nous vous demandons de retrouver la boussole de la raison : D’organiser le télétravail à 100% pour nos agents municipaux équipés, d’organiser la séance du Conseil municipal en visioconférence avec retransmission en direct aux citoyens via le Facebook de la ville, de revenir sur la décision d’annuler toutes les manifestations associatives sportives jusqu’à fin juin alors que l’Etat annonce un retour progressif dès la mi-mai.

Notre ville est déjà tristement sinistrée par une bétonisation allant dans le sens contraire de l’intérêt général et de la santé de nos concitoyens (embouteillage, pollution, déséquilibre territorial …), la voilà qui se prépare à sacrifier en juin ses acteurs économiques et associatifs qui sont essentiels » conclue la lettre signée par Mireille Benedetti, Denis Bunelier, Laura Baldanza et Lionel Giusti.

Les conseillers municipaux du groupe d’opposition "Ensemble pour La Ciotat" pourraient « boycotter » la séance prévue cet après-midi à 14h au théâtre de la Chaudronnerie.

LA MAIRIE DE ST CYR SUR MER ADOPTE LA VISIOCONFERENCE

En revanche, la municipalité de St Cyr sur Mer réunit demain soir, les membres de son conseil municipal en visioconférence avec retransmission sur le site Internet de la commune. Ainsi les internautes pourront assister aux débats en se connectant mardi, dès 18h15 sur le www.saintcyrsurmer.fr.

Photo : DR – (archive)
La rédaction

Gens du voyage : une problématique qui s’éternise à La Ciotat

Hier, les forces de l’ordre ont évacué une communauté depuis un terrain de la zone Athélia. Certains reprochent à la ville de ne pas disposer d’aire d’accueil.

Ce vendredi matin vers 8h00, la communauté des gens du voyage a été contrainte de quitter un terrain qu’elle occupait à La Ciotat, sur la zone industrielle Athélia V. Pour procéder à l’opération, le Préfet a mobilisé près d’une centaine de CRS suite à ordonnance du tribunal.

Les caravanes ont alors quitté les lieux en cortège, en direction d'autres sites pouvant les accueillir. Aucun incident n'a été à déplorer.

Peu après Arlette Salvo maire de La Ciotat, s’est exprimée sur les réseaux sociaux « les forces de l’ordre ont procédé ce jour à l’évacuation des gens du voyage installés depuis plusieurs mois sur la zone industrielle Athelia. Le Préfet a autorisé le concours de la force publique, suite à une décision de justice. J’avais effectivement engagé il y a plusieurs mois une requête en ce sens. Vers 8h ce matin, plus de 100 CRS, policiers nationaux et municipaux ont été engagés pour gérer cette intervention. Je tiens à féliciter les forces de l’ordre pour la qualité du travail qui a été mené. »

Des propos qui ont suscité de vives réactions auprès des internautes, certains n'ont pas manqué de souligner l’absence d’une aire accueil. D'autres ont demandé au maire de La Ciotat de "se mettre en confirmité"

« Qualité du travail pour évacuer des gens? Je ne trouve pas ces mots très appropriés.. ils iront ailleurs puisqu'ils sont des gens du voyage.. et le problème sera résolu? N'y aurait-il pas des endroits où ils pourraient vivre décemment et tranquillement ds un cadre législatif bien entendu comme tout citoyen ? Évacuer n'a jamais été une solution si ce n'est très éphémère et temporaire » souligne Françoise B.

« Ou ce situe le terrain pour les accueillir ? N'est il pas censé être obligatoire ? » commente Loïc B.

« Eh oui la loi c’est pour les autres, depuis 20 ans, le maire a tout fait pour... ne rien faire. La maire sera-t-elle dans la continuité ? » ne manque pas d'ajouter Hervé W.

Le terrain longtemps prévu se situe sur la route départementale 559 entre La Ciotat et Cassis. Les panneaux installés à l’entrée du site depuis 2005, sont toujours là. Certes, ils sont abimés par le poids des années et les aléas climatiques mais on peut toujours y lire « la réalisation d’une aire d'accueil pour les gens du voyage comprenant 50 places ».

Aujourd’hui ce vieux projet est entre les mains de la métropole Aix Marseille Provence alors que depuis plus de 20 ans, la loi "Besson" portant le numéro 2000-614 du 5 juillet 2000, stipule que "les communes de plus de 5 000 habitants doivent créer une aire d’accueil pour les gens du voyage". Face à cette carence, une décision judiciaire rendue en 2019, a demandé à la métropole AMP de se mettre en conformité. 

D’où la colère de certains internautes qui reprochent à La Ciotat (et à la métropole) de ne pas respecter la loi. Un peu comme un retour de bâton…

Photo : illustration
La rédaction

En savoir plus => Faits-divers, société, culture, politique, sport... Ecoutez l'actualité de La Ciotat & environs sur Radio La Ciotat Fréquence Nautique - 107 FM, édition locale à 9h, (rediffusion à 12h15, 16h30 et 19h).