logo frequence

facebooktwitteryoutubeliveplayer

Image

La Ciotat : face au coronavirus, la solidarité s'organise dans certains quartiers

Alors que les Français sont invités à rester chez eux face à l'épidémie de Covid-19, les résidents du quartier de la Treille proposent d'aller faire les courses pour les plus vulnérables.

Pour éviter la propagation du coronavirus, on rappelle que le confinement reste la meilleure des solutions. Les personnes âgées de plus de 70 ans et celles qui ont la santé fragile sont particulièrement encouragées à se calfeutrer.

Du coup, loin des bousculades dans les supermarchés, de beaux gestes de solidarité entre voisins et habitants naissent un peu partout en France.

C'est le cas, par exemple, dans cet immeuble du quartier de la Treille à la Ciotat : des résidents, sur la base du volontariat, proposent de faire leurs courses pour les plus vulnérables mais également de garder les enfants de ceux qui sont contraints de partir travailler.

Deux feuilles, scotchées dans le hall, où ceux qui le souhaitent sont invités à inscrire leur nom et leur étage. 

"NOUS AVONS BESOIN LES UNS DES AUTRES"

Ainsi l'amicale des locataires informe "le risque de contamination du coronavirus et les mesures de confinement mises en place, pertubent notre quotidien. L'entraide et la solidarité sont un atout majeur pour lutter contre cette épidémie. Des personnes âgées sont inquiètes et ont besoin d'aide pour leur course et/ou pour aller à la pharmacie.... mais n'osent pas demander à leur voisin. Des personnels hospitaliers risquent leur santé pour sauver nos vies. De ceux qui sont obligés d'aller travailler. Faisons en sorte qu'elles ou qu'ils n'aient pas en sorte de s'inquiéter de qui gardera leur enfant et comment vont-elles ou vont-ils pouvoir faire leur course et préparer leur repas" précise le message.

Voilà un beau geste de solidarité entre voisins, à multiplier...

Photo : Facebook (Fiers d'être Ciotadens)

La rédaction

La Ciotat : ils se sont mis à fabriquer des masques

Face à la pandémie de Covid-19, deux sociétés implantées sur le site des chantiers navals changent provisoirement de cap et fabriquent des masques subsidiaires.

Les sociétés ID Yachting (« l’atelier d’Isabelle ») et Tilcara implantées sur les chantiers navals de La Ciotat, ont modifié leur production habituelle afin de fabriquer des masques barrières de protection alternatifs conformes au référentiel AFNOR SPEC S76-001:2020.

La production devrait progressivement monter en puissance et atteindre un rythme de croisière de 500 masques par jour environ. Isabelle Dimech et Thomas Ratier, patrons des deux sociétés, sont unanimes : «Compte tenu des besoins, on produira le plus possible tant qu’on pourra nous fournir de la matière première ».

Les premiers masques seront distribués au niveau local en priorité aux forces de l’ordre (Police Nationale et Police Municipale), aux agents du service public en charge de missions essentielles à la vie de nos concitoyens, à commencer par les plus fragiles (portage des repas aux personnes âgées, travailleurs en EPHAD etc.) ainsi qu’aux salariés qui assurent le maintien de l’activité des Chantiers Navals.

NON-CONFORMES POUR UN USAGE MÉDICAL

« Même s’ils ne seront pas homologués pour un usage médical couvert par la norme NF EN 14683+AC:2019, le respect des spécifications de l’AFNOR permet d’obtenir un bon niveau de protection ». En revanche « le port du masque barrière n’exonère absolument pas son utilisateur de l’application des gestes barrières complétés par la mesure de distanciation sociale qui demeurent essentiels » précise le communiqué de La Ciotat Shipyards, société publique locale en charge de la gestion du site naval.

Photo : @ShipyardsLC

La rédaction

La Ciotat : les pompiers aussi, ont leur banderole géante

Le groupe de supporters "South Winners 1987" a déployé une grande banderole à l'entrée du centre de secours La Ciotat-Ceyreste.

Ils ne peuvent pas leur rendre l'hommage qu'ils souhaitent en raison du confinement lié à l'épidémie de Covid-19, alors les clubs de supporters de l'Olympique de Marseille, déploient des banderoles un peu partout dans la région notamment à Marseille et à La Ciotat.

Après le soutien affiché aux personnels hospitaliers de La Ciotat, c'est donc une grande bâche blanche, que des membres du groupe South Winners 1987 ont accroché, cette fois devant le centre de secours La Ciotat Ceyreste situé sur l'avenue Emile Bodin à La Ciotat, avec ces mots écrits en rouge : "merci aux pompiers de La Ciotat".

Photo : capt. écran

La rédaction

Coronavirus : les lingettes, un cauchemar pour le traitement des eaux usées

Avec la crise sanitaire du coronavirus, l’utilisation des lingettes désinfectantes est en hausse. Mais beaucoup trop d’entre elles finissent encore dans la cuvette des toilettes et non à la poubelle. Or elles peuvent causer d’importants dégâts dans les stations d’épuration.

Crise sanitaire du coronavirus oblige, l’usage des lingettes désinfectantes connaît une importante hausse. Pratiques, elles permettent de désinfecter rapidement des surfaces sur lesquelles le covid-19 pourrait se loger (poignées de portes, paquets, gobelets, etc.).

lingettes

Quand elles sont jetées dans les toilettes, les lingettes bouchent les pompes et obstruent les grilles, causant des pannes importantes dans le circuit du traitement des eaux usées - (Photo CB)

Cependant, si leur utilisation fait partie des gestes barrières indispensables en ce moment, elles terminent encore trop souvent leur vie dans la cuvette des toilettes. Se dégradant trop lentement, les linguettes se transforment en filaments qui se groupent en paquet compact qui bouche les pompes des stations d’épuration. 

Déboucher et libérer une pompe prend du temps et perturbe le bon fonctionnement des stations et, donc, du traitement des eaux usées.

Si pour l'heure, les déchets extraits n'ont pas causé de problème majeur, le risque existe «si on bouche certains points du réseau, on peut se retrouver avec des eaux usées non traitées et leurs déchets se déverser directement dans la mer» explique un observateur.

Voilà de quoi surcharger un peu plus la station d'épuration (STEP) de La Ciotat souvent décriée pour le traitement des eaux usées de La Ciotat et de Ceyreste et de l'impact sur l'environnement. 

Il est bon donc, de rappeller que ces lingettes doivent être enfermées dans un sac plastique, fermé hermétiquement après avoir chassé l’air, puis jeter dans les sacs de collecte.

Photo : CB (Fréquence Nautique)

La rédaction

La Ciotat : la grande plage va devenir naturiste

Après la cigarette, La Ciotat veut bannir le maillot sur sa plus grande plage

Confiné et après avoir discuté un peu trop longtemps avec le maire du Cap d'Agde, le maire de La Ciotat a décidé de réunir le conseil municipal soudainement, sous forme de « télé travail » dans le but de faire passer une délibération tout aussi surprenante qu’imprévue.

Après l'arrêté municipal interdisant de fumer sur la plage « Lumière », l’obtention du label « plus belle baie du monde », voilà que La Ciotat enlève le bas et risque à nouveau de faire le buzz.

On apprend en effet, ce mercredi 1er avril 2020, que la grande plage de La Ciotat qui longe le boulevard Beau Rivage sera désormais réservée aux adeptes du naturisme pendant la période du 1er janvier au 31 janvier.

À noter qu’au-delà de la bande des 300 mètres, la pêche du poisson d’avril reste toutefois autorisée…:-))

Photo : illustration

La rédaction

En savoir plus => Faits-divers, société, culture, politique, sport... Ecoutez l'actualité de La Ciotat & environs sur Radio La Ciotat Fréquence Nautique - 107 FM, édition locale à 9h, (rediffusion à 12h15, 16h30 et 19h).