logo frequence

facebooktwitteryoutubeliveplayer

Image

Stationnement à La Ciotat : un "casse-tête" qui coûte cher ?

 Cet été, stationner à la journée à La Ciotat peut coûter jusqu’à 70 € pour certains automobilistes.
 
L'augmentation des tarifs de stationnement estival à La Ciotat suscite de nombreuses réactions parmi les habitants, les professionnels et les visiteurs. La municipalité a en effet décidé de revoir la tarification du stationnement pour faire face aux problèmes d’engorgement dans le centre-ville et au bord de mer, problématiques récurrentes chaque été.
 
Pour les Ciotadens, la municipalité a mis en place une carte de résidents à 30 € par an, permettant de stationner gratuitement dans toute la ville, à l'exception des parkings souterrains et de certaines places en surface. Les personnes travaillant à La Ciotat, mais n'y résidant pas, peuvent obtenir une carte à 120 € par an.
 
La ville est désormais divisée en plusieurs zones de stationnement :
- Zone 1 : Centre-ville
- Zone 2 : Les plages
- Zones bleues : Arrêts minute et stationnement de 1h30
 
Les habitants de la "Zone 1" auront une vignette spécifique leur permettant de stationner partout en ville et de stationner 7 jours en centre-ville. Ceux vivant en Zone 2 disposeront d'une vignette d'une autre couleur, leur permettant de stationner gratuitement dans toute la ville, mais seulement 24 heures en centre-ville.
 
STATIONNEMENT PAYANT ENTRE 9H ET 23H30
 
Pour les visiteurs ou pour ceux qui reçoivent de la famille ou des amis sans disposer de parking privé, le stationnement peut coûter jusqu'à 70 € la journée, le stationnement étant payant de 9h00 à 23h30. Cela soulève la question de la clarté des règles pour les résidents : faut-il prendre un ticket résident pour ces situations ?
 
De plus, si vous sortez dîner avec des amis au restaurant, ces derniers devront payer 3,60 € pour les deux premières heures, puis 5 € par heure supplémentaire.
 
Pour certains, la solution pourrait être de souscrire à un abonnement dans les parkings souterrains, avec des tarifs de 56 €/mois pour le "parking Verdun" et 66,80 €/mois pour le parking du centre-ville.
 
Cette révision tarifaire, bien que destinée à réguler la circulation et le stationnement, risque de compliquer la vie des résidents et visiteurs tout en augmentant les revenus des sociétés exploitant les parkings de la ville.
 
Photo : ©Fréquence Nautique
La rédaction

La Ciotat : un Ciotaden aux Jeux Olympiques de Paris 2024 !

La ville de La Ciotat est en effervescence : Baboukar Mané, judoka émérite du quartier des Matagots, s'est qualifié pour les Jeux Olympiques de Paris 2024 !
 
Ce talentueux athlète aura l'honneur de concourir sous les couleurs de la Guinée-Bissau et de représenter fièrement son club, le Kodokan Judo, lors de cet événement planétaire.
 
Baboukar Mané, connu affectueusement sous le nom de "Babs", a su se distinguer par son dévouement et son talent sur les tatamis. Sa qualification pour les Jeux Olympiques est le couronnement d'années de travail acharné et de persévérance.
 
Récemment, Babs a participé à la Fête du Centre Social de l'Abeille à La Ciotat (photo ci-dessus), aux côtés des membres du Kodokan Judo. Cet événement a été l'occasion pour lui de partager des moments de joie avec les enfants, de leur faire découvrir le judo et de transmettre sa passion pour ce sport.
 
La qualification de Baboukar Mané pour les Jeux Olympiques est une source de fierté immense pour La Ciotat. Les habitants, ses amis, et les membres de son club sont tous unis pour le soutenir et lui souhaiter le meilleur pour cette aventure olympique.
 
En route pour Paris 2024, Baboukar Mané incarne l'excellence sportive et le rêve olympique. La Ciotat sera sans nul doute derrière lui, prête à vibrer au rythme de ses exploits sur le tatami olympique.
 
Photo : Kodokan Judo - (Facebook)
La rédaction

Débrouissaillement : La Ciotat confrontée à ses propres contradictions

Quand la mairie de La Ciotat communique sur "le devoir de débroussailler" pour lutter contre le risque d'incendie et qu'un comité d'intérêt de quartier la rappelle à l'ordre.
 
La période estivale, avec ses conditions météorologiques extrêmes et la présence du mistral, est propice au déclenchement d'incendies, que ce soit en forêt ou en milieu urbain.
 
Cette situation inquiète particulièrement la ville de La Ciotat, qui a récemment intensifié ses efforts de communication pour sensibiliser les citoyens aux risques d'incendie et aux mesures préventives à adopter.
 
Dans cette optique, la municipalité de La Ciotat a distribué une brochure détaillant des conseils pour entretenir et sécuriser les terrains. Une initiative louable, mais qui semble hélas souffrir d'un manque de suivi sur le terrain.
 
Le Comité d'Intérêt de Quartier (CIQ) du Vallat de Roubaud a en effet publié ce jeudi un message sur Facebook, dénonçant l'état de la végétation et des broussailles sur l'avenue Ernest Subilia.
 
CIQVallat
Selon le CIQ, malgré plusieurs signalements envoyés à la mairie, aucune action n'a été entreprise pour nettoyer ces zones à risque. (Capture d'écran Facebook).
 
Cette situation contraste fortement avec les recommandations de la plaquette municipale, alimentant ainsi le sentiment d'un décalage entre les discours et les actions concrètes.
 
Les habitants du Vallat de Roubaud appellent ainsi la mairie à prendre des mesures immédiates pour remédier à cette situation, rappelant que la prévention des incendies passe avant tout par un entretien rigoureux des espaces verts.
 
En ces temps où les incendies peuvent rapidement devenir incontrôlables, la cohérence entre communication et action sur le terrain est plus que jamais nécessaire.
 
Photo : ©Fréquence Nautique
La rédaction
 

La Ciotat : un été animé à Figuerolles

Tous les soirs dès 18h "Les balcons de Tania" s'ambiancent aux rythme de l'été dans un des plus beaux sites de la région. Mais Figuerolles, c'est aussi une république, une histoire de famille à écouter autour d'une bonne bouillabaisse...

Nichée au coeur d'un espace protégé, la calanque de Figuerolles à La Ciotat est un véritable havre de paix. Sa beauté naturelle, ses parois rocheuses majestueuses, sa végétation luxuriante et sa plage de galets à l’abri du mistral en font un site unique, digne d’un petit paradis.
 
Au cœur de cet écrin de nature, Grégory Reverchon, petit-fils des fondateurs de la république indépendante de Figuerolles, partage avec passion la vie de la calanque. Au micro de Fréquence Nautique, il raconte les anecdotes et les histoires qui font le charme de cet endroit exceptionnel.
 
UN MONDE À PART...
 
L’un des joyaux de la calanque est sans doute le restaurant « Chez Tania », célèbre pour sa bouillabaisse servie tous les jours, midi et soir. Mais ce n’est pas tout : cet été, les visiteurs peuvent également profiter du snack de plage et, au coucher du soleil, savourer un verre accompagné de tapas tout en se laissant bercer par une ambiance musicale.
 
Jusqu’à la mi-septembre, les « Balcons de Tania » s’animent tous les soirs à partir de 18 heures, offrant un cadre enchanteur pour se divertir et se détendre. Que ce soit pour un dîner romantique, une soirée entre amis ou une simple pause rafraîchissante après une journée au soleil, la calanque de Figuerolles offre une expérience inoubliable.
 
Ainsi, la calanque de Figuerolles à La Ciotat, avec ses paysages à couper le souffle et ses offres de loisirs variées, continue de séduire et d’émerveiller tous ceux qui ont la chance de la découvrir.
 
Ecoutez ci-dessous, Grégory Reverchon raconter la vie à... Figuerolles
  

Photo : ©Fréquence Nautique
La rédaction
 

Législatives à La Ciotat : Giusti, Benedetti et Tixier réaniment le "Front Républicain"

Dans le duel RN/NFP, les trois élus centristes de La Ciotat (opposition et majorité) se déclarent "en faveur" du Ciotaden Bernard Ourgoulou-Oglou (PS). Contrairement au maire (LR) de La Ciotat qui appelle au "ni-ni".

Dimanche 7 juillet 2024, les électeurs de la 9ème circonscription des Bouches-du-Rhône comprenant huit communes dont celles d'Aubagne et de La Ciotat, devront choisir entre la députée sortante du Rassemblement National, favorite selon les résultats du 1er tour avec 45,20%, Joëlle Melin et Bernard Ourgoulou-Oglou candidat socialiste membre du Nouveau Front Populaire (23,76%). 

À La Ciotat, il a été le premier à prendre position. Dans une tribune publiée dès lundi matin sur les réseaux sociaux, Lionel Giusti conseiller municipal de La Ciotat dénonce les années de domination politique d'Aubagne au niveau national, une domination qu’il considère comme préjudiciable pour La Ciotat. « Gauche, droite, extrême droite… Depuis plus de 40 ans, des représentants aubagnais siègent au niveau national pour notre circonscription. Aubagne en tire profit, comme le démontre la comparaison dans le domaine des services epublics. » Il affirme que cette situation a mené à un appauvrissement des ressources publiques de La Ciotat au profit d’Aubagne.

PRÉFÉRENCE LOCALE
 
Face à cette situation, le président du mouvement citoyen "Les Ciotadens" voit en Bernard Ourgoulou-Oglou, ciotaden, une chance unique pour  La Ciotat d'être représentée à Paris. Selon Lionel Giusti, cette représentation apporterait les ressources nécessaires pour le maintien des écoles, de l'hôpital, et pour une meilleure gestion de la crise du logement à La Ciotat. Il souligne aussi l'importance des élections législatives, qu'il qualifie d'élections de proximité, où un député dispose de réserves parlementaires pour soutenir des initiatives locales.
 
Hier soir, sa collègue centriste Mireille Benedetti a pris position : "au 1er tour de ces élections législatives, à La Ciotat, Madame Melin a recueilli 44% des suffrages, 56% des électeurs n’ont donc pas voté pour elle. Je fais partie de ces 56% et seul un candidat offre un autre choix dimanche prochain" souligne la conseillère municipale de La Ciotat (opposition) avant d'ajouter "Il n’appartient pas à ma famille politique centriste, il est socialiste. Il est démocrate et républicain, il est ciotaden et je le connais bien. J’ai travaillé avec lui et bien d’autres enseignants quand j’étais en charge du projet éducatif à la mairie de La Ciotat, je siège sur les bancs de l’opposition depuis 2020 et lui aussi. J’entretiens des relations cordiales avec Bernard Ougourlou-Oglou, dans le respect des idées de chacun. Dimanche, j’exercerai en conscience ma responsabilité de citoyenne et je voterai pour lui."
 
"TÉMOIGNAGE" D'UN ÉLU DE LA MAJORITÉ
 
Ce mercredi matin dans "La Provence", Jean-Louis Tixier emboite le pas "À titre personnel, je tiens à exprimer qu'en tant qu'adjoint à l'éducation de la ville de La Ciotat, j'ai apprécie à plusieurs reprises la position humaniste et sans sectarisme de Monsieur Bernard Ourgoulou-Oglou. L'adjoint au maire ajoute "Bien qu'élu d'opposition, il a toujours été constructif, et m'a accompagné dans plusieurs projets éducatifs au bénéfice des enfants de la Ciotat. Je me devais simplement, en conscience, d'en témoigner". Un soutien en demi teinte qui vient néanmoins en contradiction avec la position du maire (LR) de La Ciotat, Alexandre Doriol, partisan du "ni-ni" pour ce second tour. 
 
Photo : D.R. - (Facebook)
La rédaction
 
 

En savoir plus => Faits-divers, société, culture, politique, sport... Ecoutez l'actualité de La Ciotat & environs sur Radio La Ciotat Fréquence Nautique - 107 FM, édition locale à 9h, (rediffusion à 12h15, 16h30 et 19h).