logo frequence

facebooktwitteryoutubeliveplayer

Image

Municipales à La Ciotat : sms, des données personnelles utilisées à des fins électorales

À La Ciotat des administrés se plaignent de recevoir des SMS envoyés abusivement pas une candidate aux élections municipales.

A quelques heures du premier tour des élections municipales, sms de communication sont envoyés en nombre par certains candidat(e)s. À La Ciotat, des administrés se plaignent de l'utilisation sans leur consentement de leurs données personnelles. 

Christine Abattu a adressé ce vendredi après-midi, un message à caractère électoral. L'ancienne socialiste récemment exclue de la République En Marche, se présente aux élections municipales de La Ciotat avec désormais, l'étiquette "MoDem". 

Une façon de susciter l'adhésion des électeurs mais qui finalement risque d'être contre-productif si on en croit les vives réactions publiées sur les réseaux sociaux, captures d'écran à l'appui.

LE FICHIER "LA CIOTAT INFO" MONTRÉ DU DOIGT

"Je ne me suis pas abonné à La Ciotat Info pour recevoir au final des messages politiques !" indique Valérie visiblement en colère sur un groupe Facebook. En effet, certaines personnes qui ont reçu le sms de Mme Abattu, font le rapprochement avec les messages d'alerte envoyés occasionnellement par la mairie de La Ciotat via le fichier "La Ciotat Info". 

QUE DIT LA CNIL ?

Sur le sujet, la CNIL est très claire. Les candidats ont le droit d'obtenir en mairie les listes électorales. Mais les mails et numéros de téléphone ne figurent pas sur ces listes.

Selon la commission, les candidats peuvent collecter ces informations personnelles sur les réseaux sociaux ou acheter des bases de données auprès de sociétés spécialisées.

La CNIL précise également à quelles conditions les candidats et partis peuvent utiliser des données issues des réseaux sociaux.

Ces informations sont rassemblées dans un guide pratique édité conjointement avec le CSA, afin de rappeler les règles applicables à la communication politique. Suivi des signalements à la CNIL

Tous les signalements rapportés à la Commission nationale informatique et libertés sont pris en compte et étudiés dans les meilleurs délais, assure l'organisme.

"Les plaintes sont recensées, exploitées et des actions sont mises en place. La personne recevra dans les meilleurs délais des explications sur la marche à suivre pour faire valoir ses droits", indique la CNIL.

Et la commission ne plaisante pas avec la protection des données.

En 2018, à Rennes, l’office public de l’habitat (OPH) a été condamné à 30.000 euros d'amende pour avoir utilisé le fichier de ses 12.500 locataires au profit de la maire de Rennes, également présidente de l’OPH.

"Cette utilisation des fichiers est une violation de la protection des données personnelles", avait alors conclu la CNIL.

La Ciotat : il était une fois « les Flots Bleus »

Il ne reste quasiment plus rien de l’ancien casino « Les Flots bleus ». Un bâtiment emblématique qui a croisé toute une génération de Ciotaden(ne)s

Seule la façade à l’entrée de l’ancien établissement de jeux et de divertissement situé sur l’avenue du Président Wilson à La Ciotat reste encore debout. 80% du bâtiment de l’ancien casino a été réduit en gravats.

Une démolition qui suscite toujours de l’émotion auprès des Ciotadens et même des passants comme Gérard âgé de 72 ans. Ce Marseillais fréquente La Ciotat depuis son plus jeune âge « qu’est-ce que j’en ai roulé des pelles là-dedans » lance le sexagénaire en souriant le regard fixé devant ce qui reste des lieux avant d’ajouter, cette fois d'un air un peu désabusé « c’est dommage d’en faire une sorte de supermarché, que voulez-vous tout fout le camp ».

lesflotsbleusjadis

Le casino "Les Flots Bleus" à La Ciotat dans les années 40/50 - (Image : Delcampe.fr)

Depuis les années folles, « Les Flots Bleus » était le point de rendez-vous pour se divertir à La Ciotat. Jusqu’en 2017 où le dernier locataire des lieux à remis les clés à la municipalité propriétaire du foncier.

Un appel à projets a ensuite, été lancé mais il semble que le maire de la Ciotat avait déjà sa petite idée. Le bâtiment a finalement été concédé à une société privée, dans le but de construire un marché de l’alimentaire avec restaurants.

Projet qui toujours suscite toujours une vive contestation de la part de certains commerçants présents dans le centre ville. La problématique du stationnement reste également en suspens. 

Photo : AC

La rédaction

Coronavirus : une PME offre le savon qu'elle fabrique aux écoles de La Ciotat

Afin de lutter contre la propagation du Covid-19, une entreprise artisanale offre le savon qu'elle fabrique aux écoliers de La Ciotat.

En pleine épidémie du coronavirus, les messages d'hygiène se multiplient, notamment celui de se laver les mains régulièrement. Les médecins encouragent à utiliser du savon, parmi lesquels le savon de Marseille. 

À La Ciotat, l'entreprise artisanale "Miss Ecolo" qui fabrique "le savon de La Ciotat" vient de décider d'offrir des savons aux écoles de La Ciotat.

"Créatrice de la nouvelle Société Ciotadène MISS ECOLO, nous avons décidé avec mon équipe d'offrir à toutes les écoles de la ville, et bien sûr Ceyreste, des savons naturels de notre gamme de produits, fabriqués à la Ciotat avec 72% d"huile d'olive bio Merci de me contacter en MP afin que je puisse gagner du temps dans mes démarches et donc livraisons" indique le message publié ce jeudi sur la page Facebook de la jeune petite entreprise Ciotadenne.

LE SAVON : VIVEMENT SOUHAITÉ DANS LES ÉCOLES FRANÇAISES

Se laver les mains est l'une des premières recommandations données face au Covid-19, et ce notamment dans les établissements scolaires. Néanmoins, le problème est qu'elle est parfois impossible à appliquer, les écoles manquant de savon. Les robinets sont fréquemment cassés, et la propreté générale laisse quelquefois à désirer. Depuis plusieurs jours, les vidéos fleurissent sur les réseaux sociaux, afin de dénoncer ces problèmes. 

Photo : illustration

La rédaction

 

La Ciotat : le retour des "baraques" s’invite dans la campagne des municipales

L’ancienne grande fête foraine installée sur le long du front de mer, a disparu au début des années 2000. Certains candidats à la mairie plaident aujourd'hui, pour le retour des "baraques".

Visiblement, une grande majorité de Ciotadens ne se contente pas de la petite fête foraine installée deux fois par an sur le parking du mole Bérouard. Elle veut renouer avec la grande époque des baraques !

Durant des décennies et jusqu’à la fin du mandat de Rosy Sanna, en 2001, une grande fête foraine était installée sur le front de mer à La Ciotat, de l’ancien Casino « Les Flots Bleus » jusqu’à l’office du Tourisme. Étaient situés d’un côté, les forains avec notamment la vente des fameux beignets nommés "chichi fregi" et autres "pommes d'amour" caramélisées ainsi que les petits manèges et un peu plus loin se trouvaient les grands manèges.

Les fameuses "baraques" s'installaient à La Ciotat, principalement durant les fêtes de Pâques et au mois d’août. 

À son arrivée à la mairie, Patrick Boré met fin aux « baraques ». Pour justifier sa décision qui ne fait pas l'unanimité dans son équipe, le maire de La Ciotat s'appuie sur des "nuisances sonores" et des plaintes déposées par des plaisanciers suite à des "dégradations".

Le retrait des baraques suscite à l’époque, l'émotion d'une partie de la population et provoque un tollé chez les forains soutenus par l’opposition municipale.

Force est de constater que sa mesure est impopulaire, Patrick Boré finit par autoriser à la fin de son premier mandat, le retour d’une petite fête foraine. Elle sera installée dans les premiers temps sur une partie de l’ancien chemin de fer devenu depuis « la voie douce » située à la hauteur de l’avenue Frédéric Mistral puis plus tard, sur le parking du mole Bérouard.

Pendant les travaux de la troisième tranche du front de mer, la fête foraine se retrouve alors, sur l’esplanade Langlois. Un espace provisoire visiblement apprécié.

"UN EMPLACEMENT ADAPTÉ"

Le retour des "baraques" s’invite dans la campagne des élections municipales. Dans un Tweet diffusé récemment, Lionel Giusti candidat à la mairie, fait savoir qu’il est favorable.

« J’aime les fêtes populaires, j’ai grandi avec, ici à La Ciotat […] l’époque a changé certes, mais les Ciotadens doivent pouvoir se divertir dans leur ville » explique la tête de liste « pour une ville qui respire ».

En ce qui concerne le lieu « nous choisirons le domaine public le mieux adapté à ce type d’évènement après une concertation avec les habitants » une chose est sûre « le môle Bérouard est trop étroit » précise Lionel Giusti.

Photo : illustration

La rédaction

La Ciotat : le Covid-19 coule les Nauticales

Le salon nautique métropolitain prévu du 15 au 22 mars 2020 sur le port de plaisance à La Ciotat, est annulé pour cause de Coronavirus (Covid-19)

La question circulait depuis de quelques jours dans la ville, la décision vient de tomber.

En application de l’arrêté du Ministère des Solidarités et de la Santé du 9 mars 2020 portant diverses mesures relatives à la lutte contre la propagation du virus Covid-19 paru au Journal Officiel, la Métropole Aix-Marseille-Provence est contrainte d’annuler l’édition 2020 du salon nautique à flot Les Nauticales, qui devait se tenir à La Ciotat du 14 au 22 mars prochains.

En effet, afin de prévenir la propagation du virus Covid-19, tout rassemblement mettant en présence de manière simultanée plus de 1 000 personnes est interdit sur le territoire national jusqu'au 15 avril 2020 et seuls les rassemblements indispensables à la continuité de la vie de la Nation peuvent être maintenus à titre dérogatoire par le représentant de l'Etat dans le département.

En conséquence, la Métropole Aix-Marseille-Provence a demandé à son délégataire, Grand Pavois Organisation, de se conformer à cette décision d’annulation indique le communiqué publié ce mardi après-midi, par le service communication de la ville de La Ciotat.

Photo : DR (archives)

La rédaction

En savoir plus => Faits-divers, société, culture, politique, sport... Ecoutez l'actualité de La Ciotat & environs sur Radio La Ciotat Fréquence Nautique - 107 FM, édition locale à 9h, (rediffusion à 12h15, 16h30 et 19h).