logo frequence

facebooktwitteryoutubeliveplayer

Image

La Ciotat : la Ferme d'Autrefois est-elle en danger ?

Après le décès brutal de l’un de leurs moutons la semaine dernière, les animaux de La Ferme d’Autrefois sont les principales victimes « d’étranges coïncidences »...

La Ferme d’Autrefois vit actuellement des jours difficiles. Située à La Ciotat dans un écrin de verdure au cœur de la Bastide Marin, elle a été créée en mars 2013. Avec ses jardins étendus sur 15000m2, la Bastide Marin est aujourd’hui classé Monument historique depuis le 4 mars 2013.

La Ferme d’Autrefois est une association qui a pour objectif depuis sa création de « faire découvrir et aimer la nature, de sensibiliser à la protection de l’environnement au contact des animaux de la ferme de façon ludique ou pédagogique, de favoriser la découverte de l’apprentissage de savoirs et de savoir-faire autour des activités traditionnelles du monde agricole. »

Au sein de la ferme, on y retrouve près de 160 animaux liés les uns aux autres par des relations d’interdépendance. Parmi eux, des poules, des lapins, des cochons d’Inde, des canards, des oies, des moutons ainsi que des chèvres font le bonheur des visiteurs et plus particulièrement des enfants chaque année.

MALADIES ET DISPARITIONS INQUIETANTES 

"Les journées difficiles s’enchaînent à la ferme. Récemment des moutons sont tombés brutalement malades. Malgré tous les efforts des bénévoles, ils n’ont pas pu les sauver" ce message a été largement diffusé ce week-end sur les réseaux sociaux.

En effet selon le témoignage de Marion S. récemment l’électricité des parcs des animaux aurait été débranchée volontairement « des poules et des canards seraient devenus introuvables. »

À travers un message posté le lendemain, la bénévole qui oeuvre au sein de la ferme d'autrefois va plus loin et fait part de son mécontentement suite à ces « étranges coïncidences ».

"MENACES, PRESSIONS POLITIQUES..."

« Depuis de nombreuses années nous subissons les pressions et menaces de gens bien plus intéressés par leur intérêts financiers, politiques, personnels, professionnels plutôt que par le bien être des animaux et le bonheur des petits ciotadens. » a t-elle précisé.

Après ces événements, la ferme compte prendre des mesures en effectuant des analyses médicales sur l’ensemble des animaux. « Si nous avons la moindre preuve d’un acte de malveillance, des actions en justice seront lancées. » a conclu la bénévole visiblement déterminée.

Photo : Facebook "Ferme d'autrefois"

Julien Bévilacqua

La Ciotat : affluence chez les fleuristes pour la fête des mères

Rayon de soleil sur fond de pandémie, la fête des Mères est un moment privilégié pour célébrer toutes les mamans du monde. À La Ciotat, les commerces ont reçu de nombreux la veille et pendant la matinée du jour J.

Ce dimanche 7 juin 2020, jour de la fête des Mères, il y avait une grosse affluence chez de nombreux commerçants particulièrement chez les fleuristes. Parmi les clients, beaucoup de grands enfants qui ont une tendre pensée pour leur maman. 

Dans le quartier de Sainte Marguerite à La Ciotat, le magasin étant petit, les clients sont restés dehors, pour respecter la réglementation sanitaire et lutter contre la propagation du Coivid.

Une longue file d'attente était présente "ça fait au moins 15 minutes que j'attends" précise Caroline, une habituée des lieux avant d'ajouter "mais ma maman a patienté 9 mois pour moi, alors aujourd'hui je peux bien faire ça pour elle".

À l'entrée et à l'extérieur du magasin, la gérante a installé un comptoir provisoire sous une tonnelle là où les compositions déjà prêtes et commandées à l'avance, ont été vendues.

"Nous avons été dévalisés" la fête des mères post-covid a été l'occasion pour les fleuristes, de renflouer en partie, les caisses restées vides pendant plus de 8 semaines de confinement. 

Photo: Fréquence Nautique
La rédaction

Pollution : baignade interdite à La Ciotat

Trois jours après leur réouverture, les plages ferment à nouveau. Depuis aujourd’hui, toutes les plages de La Ciotat sont fermées pour cause de pollution.

À La Ciotat, toutes les plages sont interdites à la baignade depuis ce vendredi matin, pour cause de pollution des eaux. Dans un arrêté municipal, la mairie de La Ciotat annonce la fermeture des plages « La baignade est interdite sur les plages de La Ciotat, dans les secteurs signalés et balisés, en cas de risques de pollution par des eaux de ruissellement consécutifs aux orages, constatés par les services municipaux. La présente interdiction n’a d’effet que durant la période de risque déterminée. »

Pour appliquer ces dispositions, les services municipaux ont positionné un panneau « Baignade interdite pollution » à l’entrée de toutes les plages. Alors que leur réouverture était effective depuis le 2 juin, après deux mois de fermeture lors du confinement, les plages ferment à nouveau. La mairie de La Ciotat avait pourtant annoncé que des prélèvements effectués le 2 juin indiquaient « une eau de baignade de bonne qualité. »

Une tendance confirmée sur les réseaux sociaux jeudi en milieu de matinée. Ce sont les fortes pluies qui ont tout fait basculer. L'Agence Régionale de la Santé devrait prochainement statuer selon le résultat des analyses, de la réouverture de toutes les plages dans les jours à venir.

Pour rappel, en 2018, les plages ciotadennes avaient déjà connu des épisodes de pollution à répétition qui avaient provoqué la colère des habitants, des commerçants et des estivants.

Photo : JB
Julien Bevilacqua

L'art urbain se propage dans les rues du centre-ville de La Ciotat

Près de la rue des Poilus, des fresques colorées ont été dessinées. Une initiative prise par plusieurs Ciotadens. Toutes ces peintures qui représentent la ville attirent l’œil des passants.

Deux fresques ont été réalisées récemment sur les portes du centre ville de La Ciotat. Vivement colorées, ces fresques ont tendance à attirer l’œil des passants. Sur la première porte, on peut y observer un arbre et son imposant feuillage.

Sur la seconde porte, la fresque représente la baie de La Ciotat avec une multitude de poissons multicolores se dirigeant vers le port. Au loin, on y aperçoit même les Trois Secs et le Bec de l’Aigle.

Ces dernières se situent dans la rue Meiffren, une rue adjacente à la rue des Poilus en arrivant depuis le parking de la Tasse. Cette initiative a été prise par des habitants de la rue ces derniers mois.

Une action soutenue par les bénévoles du Grand Portique. Tous les jeudis soir, ces derniers animent des ateliers de végétalisation au sein de la rue Louis Vignol. Ils sont notamment à l’origine de décoration végétale dans plusieurs rues de La Ciotat.

Comme l’a révélé La Provence, c’est Marc du Grand Portique ainsi que Christine, une enseignante en arts plastiques qui ont réfléchi avec les habitants au projet.

Ces deux fresques à 10m l’une de l’autre ont été dessinées sur des portes, en accord avec les propriétaires. Elles correspondent aux dos de boutiques de la pharmacie Jouve et à la poissonnerie Lou Pescadou.

« Ce sont vraiment de très belles fresques, on prend plaisir à passer par là, il en faudrait d’autres ailleurs ! » s’est enthousiasmée une Ciotadenne en passant dans la rue Meiffren. À voir si ce projet va se poursuivre ailleurs dans les semaines à venir...

Photo : JB
Julien Bevilacqua

Pêche récréative du poulpe, interdite entre La Ciotat et Marseille

Jusqu'au 30 septembre, la pêche de loisirs concernant le poulpe présent dans le cœur marin du Parc national des Calanques est interdite. Cette mesure concerne toutes les techniques de prélèvement (pêche du bord, pêche embarquée chasse sous-marine...) et vise à protéger une espèce particulièrement sensible en période de reproduction...

La période de reproduction du poulpe est à l’image de l’animal : surprenante ! Tout commence par une parade nuptiale pendant laquelle la femelle attire son partenaire en nettoyant obstinément ses quelques 240 ventouses. Le mâle y répond en exhibant les siennes et en étirant ses bras. L’un deux, muni d’une gouttière interne, lui permet de féconder la femelle.

Madame poulpe s’occupe ensuite seule de ses minuscules oeufs (jusqu’à 500 000) qu’elle agglomère en cordons. Ils seront protégés, ventilés et nettoyés en permanence pendant près de six semaines. Durant cette période, la dévotion de la future maman envers ses petits est totale. Elle cesse de s’alimenter et, lorsque l’éclosion arrive, la femelle amaigrie meurt d’épuisement...

L’intensité des soins apportés par la femelle poulpe à ses oeufs la prive de tout moyen de défense et en fait une proie facile pour tous ses prédateurs, en particulier l’humain. Outre le prélèvement important d’individus qu’elle induit, la pêche du poulpe en période estivale diminue la capacité de l’espèce à se renouveler dans la mesure où les oeufs ne pourront éclore.

Proposée en concertation avec les fédérations et clubs de pêche de loisir, l’interdiction de la pêche récréative du poulpe en période estivale a été décidée par arrêté préfectoral et est effective depuis 2017. Tout contrevenant, pourra être verbalisé à hauteur de 22 500 euros.

Cette interdiction de prélèvement est aussi une invitation lancée à tout à chacun pour se questionner autour de la consommation raisonnée de ce mets apprécié en période estivale...

L'interdiction est définie pas un arrêté préfectoral. Les forces de l'ordre présentes sur terre comme en mer, veilleront à son application jusqu'au 30 septembre inclus.

Source : Parc national des Calanques
La rédaction

En savoir plus => Faits-divers, société, culture, politique, sport... Ecoutez l'actualité de La Ciotat & environs sur Radio La Ciotat Fréquence Nautique - 107 FM, édition locale à 9h, (rediffusion à 12h15, 16h30 et 19h).